week end ranch 11-12 oct 2014

Publié le 19/10/2014 sur www.lyon3.ecles.fr

Un éclé, c’est pas en sucre…

Une vérité vérifiée pour la deuxième année consécutive au ranch de Béber à Vaulx en velin ce week end, où les éclaireurs de Lyon3 partis en vélos ont bien failli finir à la rame. Même pas grave, les enfants se sont éclatés, les respons se sont enrichis d’une nouvelle expérience et les parents ont expérimentés réactivité et co voiturage-minute.
Bref, l’aventure était profitable pour chacun semble t il.

 

Des vélos, un ranch… ça ressemble déjà à un week end éclaireurs

L’aventure a commencé samedi 11 octobre au Parc du Dauphiné, lieu habituel de rassemblement. De là une vingtaine d’éclés sont partis à vélo, encadrés et rejoins par Florent, Maguelone Margot, Jérémy, Martin et Morgane.
10km plus tard, (et environ 1h1/4 plus loin) les enfants rejoignaient la trentaine d’autres éclés déjà présents au ranch. Leurs sacs les avaient précédés (emportés par quelques parents), les courses avaient déjà rempli le frigo grâce à deux adultes bénévoles et quelques autres volontaires avaient transportés les tentes et les gamelles depuis Lyon.
48 enfants se retrouvaient donc dans un ranch improbable aux portes de Vaulx en Velin à partager un saloon et un terrain d’aventures XXL avec des änes, des chevaux, des oies, des poules… et 6 respons qui tenteraient d’encadrer ce qui allait devenir une arche de Noé…
ça allait être du sport !

 

 

Intermède publicitaire

A ce stade mieux vaut vous prévenir : comme c’est le premier post de l’année et que certains d’entre vous ne connaissent pas le déroulé d’un mini camp de ce type, on va se permettre de détailler un peu le contenu de ces deux jours :

 

 

 

Vis ma vie d’éclaireur
Après les formalités d’usage: pique nique et montage de tente, le plus dur était à faire : jouer !
il y a eu la « padam », (petite activité d’après midi) soit une gamelle, sorte de jeu de ballon et de cache-cache mélangé Et puis le grand jeu auquel tous ont participés
: un jeu de plateau, où 7 équipes (branches séparées) devaient explorer le terrain à la recherche de morceaux de papier de couleur, qui leur donnaient le droit de répondre à une question de culture générale (différents thèmes comme le trivial poursuit). 




Là autant dire que tous, des plus petits aux respons se sont éclatés
C’est seulement après que l’autre facette de la dure vie des éclaireurs se révélait : la vie quotidienne. La préparation du repas s’est faite en commun sur la base du volontariat, ceux qui ne souhaitaient pas faire cuire les spaghettis et la sauce bolo ont profités d’un temps libre ou se sont attelés au démarrage et l’entretien du feu (on vous le rappelle c’est un camp, dans un ranch, avec des chevaux… fallait donc un feu). Le repas englouti, les restes de spaghettis pillés par les poules, fallait faire la vaisselle. Dans ces cas là, chacun s’y met et fait sa  plonge à la bassine (camp+ranch = vaisselle à la cowboy) et la veillée peut commencer.

 

 

Au coin du chamalows grillés

C’est par branches que les enfants ont veillés autour du feu de camp : les lutins ont grillés des chamalows en chantant des chansons (ce qui a commencé à chagriner le temps vraisemblablement). Les louveteaux ont pris le relais vers 21h30 quand les petits sont allés se coucher: chamalows, histoires, chansons (et c’est là que la météo a décidé de se venger), et puis dodo. La place était chaude vers 22h00 autour du feu pour les éclés qui ont fait des jeux (pictionnary, times up, loup garoup) jusqu’ à 22h45. Là le temps s’est tâté avant d’envoyer la pluie, les enfants s’étaient si bien amusés … Il attendrait finalement le lendemain matin. Une vengeance, ça se mange froid.
Ce qui se passe après le coucher des enfants, relève de la vie des respons qui se réunissent pour un 5ème repas et passent généralement un super moment entre eux, de la vie des hiboux et des chauve-souris et un peu de celle des éclés qui ont eu du mal à comprendre que dormir était une nécessité biologique…

 

Où la météo a très mauvais caractère

Le lendemain vous l’avez compris, les choses se sont compliqués et nettement humidifiées. Surtout après le petit déj’ servi entre 8h00 et 9h00.
La pam (petite activité matinale) faite en chanson a du finir de contrarier le temps et c’est là que la météo s’est lachée.
Le saloon est devenu le repère des lutins qui y ont fait des dessins en parlant de ce qu’ils souhaitaient faire tout au long de l’année. Ils ont aussi reçu une mini formation au froissartage (art de construire des meubles en bois pour installer un camp) avec une présentation de la caisse à outils qu’ils apprendront à utiliser dans l’année.

 

Côté louveteaux, un grand jeu a permis de passer entre les gouttes.

Et pour les éclés, réfugiés sous une des tentes patrouilles, il a été question de comprendre les rôles de l’équipage, groupe de 7 éclés qui s’organise soit à l’année soit à l’occasion d’un camp autour de différentes fonctions : intendant, coordonnateur, trésorier, infirmier…. Une introduction faite par les respons dans le but de constituer deux équipages d’ici la fin de l’année pour monter ensuite des projets plus structurés (explos en autonomie par exemple).

 

 

Flotte, saucée, déluge …

La suite vous la connaissez : La pluie, la gadoue, le terrain trempé, le saloon trop petit pour accueillir 48 enfants, 6 respons, des chevaux, des ânes, des oies et des poules… L’alerte a donc été lancée auprès des parents pour qu’ils récupèrent les enfants vers 14h00. Et là, on peut se féliciter de la réactivité desdits parents qui ont en un temps record organisé une transmission rapide de l’information et réussi à organiser le rapatriement de tous les enfants avec leurs vélos, leurs sacs à dos, leurs chaussures trempées, et même leurs respons sauf … Martin et Jérémi qui eux, se sont liquéfiés à vélo en rentrant à Lyon…
Engagez vous, rengagez vous qu’ils disaient !

 

  

Morale de l’histoire

Même après toutes ces épreuves, car pour les respons encadrer autant d’enfants dans ces conditions ça relève de l’épreuve, les retours sont enthousiastes : L’implication des parents a été très efficace et précieuse. Tant dans les commissions « logistique » et « administration » qui se sont créées il y a quelques jours et déchargent déjà les respons de tâches qui les empêchaient de mieux se consacrer à la pédagogie, que dans la réactivité des parents qui ont répondus présents pour récupérer au plus vite les enfants.

Certes des réglages sont à opérer et le nombre d’enfants qui a considérablement augmenté dans le groupe Lyon3 nécessite une vigilance, voire des décisions que les respons vont prendre le temps d’étudier avec les parents impliqués. Mais ça prouve le dynamisme et le succès de ce groupe qui est promis à un avenir plein de belles aventures (pas forcément toutes aussi aquatiques).




Retrouvez toute l’actualité des E.E.D.F. sur www.ecles.fr

Eclaireuses et Eclaireurs de France - Tous droits réservés - www.eedf.fr